Intervention du Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, a l’occasion du débat public du Conseil de Sécurité sur « les menaces à la paix et à la sécurité causées par des actes terroristes : les combattants terroristes étrangers »

semmankeurndiayeonu


Madame la Présidente,

Distingués délégués,

Je voudrais me réjouir de l'opportunité qui m'est offerte de prendre part à ce débat de haut niveau du Conseil pour échanger sur ce thème d'une grande actualité. Le Sénégal s'est porté co-auteur de la résolution qui vient d'être adoptée.

Nous condamnons fermement le lâche assassinat du ressortissant français, Herve GOURDEL et exprimons nos profonds sentiments de compassion au Gouvernement et au Peuple français.

Lors de la quatrième revue de la Stratégie anti-terroriste mondiale, tenue en juin dernier, nous avions exprimé notre vive préoccupation s'agissant du recrutement de personnes qualifiées de « combattants étrangers » en Syrie, par des organisations terroristes, notamment  Al-Qaida ainsi que des groupes qui lui sont associés. Ce phénomène qui ne cesse de prendre de l'ampleur, est une source d'inquiétude majeure pour la communauté internationale.

Je voudrais saluer, à cet égard,  l'excellente initiative du Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNCCT) de mettre en place un projet visant à améliorer la compréhension de ce phénomène et de développer les meilleures pratiques pour y mettre fin.


En effet, le retour des combattants étrangers dans leurs pays d'origine n'est pas sans conséquences et pourrait éventuellement remettre en cause la paix, la sécurité et la stabilité de ces Etats.  La mise en place d'une stratégie appropriée et efficiente par la Communauté internationale  est un impératif pour endiguer cette nouvelle menace à la sécurité dans le monde.

Madame la Présidente,

En dépit de nos efforts, le terrorisme continue de sévir « sous des formes nouvelles et plus sophistiquées », en particulier au Sahel et en Afrique de l'Ouest ou la situation est plus que jamais alarmante avec « Boko Haram » et différents réseaux occultes clandestins.

 L'évolution politico-stratégique du monde, le développement des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication ainsi que l'existence de nouveaux conflits, plus complexes et multidimensionnels ont encouragé les mouvements terroristes à affiner leurs méthodes d'action. A cela s'ajoute une interprétation souvent erronée de la religion et un emploi abusif du vocabulaire religieux.

Par ailleurs, la multiplication des prises d'otages, imputables à des groupes terroristes en vue d'obtenir des fonds ou des concessions politiques mérite toute notre  attention. Ces enlèvements à des fins d'extorsion de fonds pour financer le terrorisme doivent être traités de manière impartiale, objective, technique et apolitique.

Madame la Présidente,

Combattre toutes ces menaces nécessite, sans nul doute, des actions concertées que l'Organisation des Nations Unies a la responsabilité de coordonner, d'harmoniser et de faciliter.


Il s'agira de « susciter des initiatives et des programmes qui favorisent le dialogue, la tolérance et la compréhension entre les civilisations, les cultures, les peuples et les religions et à promouvoir le respect mutuel et la prévention de la diffamation entre les religions, les valeurs religieuses, les croyances et les cultures ».


A cet égard, je voudrais réaffirmer le rejet de ma délégation de toute tentative d'associer le terrorisme à une religion, une nationalité, une civilisation ou un groupe ethnique.


Pour conclure, Madame la Présidente,  je tiens à réitérer la ferme détermination du Sénégal ainsi que son engagement, sans faille, à collaborer avec les Nations Unies et tous les acteurs concernés dans le combat contre cette menace pernicieuse à la paix et à la sécurité internationale et qui s'attaque à la structure même de nos Etats et aux socles socio-économique des Nations en consolidation.



Le Sénégal se réjouis de l'adoption, par consensus, de cette nouvelle résolution qui marque un pas décisif dans la recherche d'une solution durable à ce phénomène et traduit, par la même occasion, la volonté d'apporter une réponse collective à la menace terroriste.


Je vous remercie de votre aimable attention.

 

 

tl_files/actualite/semmankurndiayeonu.jpg

 


 

Revenir